Introduction

« L’état est tout, l’individu n’est rien » Mussolini illustre un aspect du totalitarisme : un régime dans lequel l’état est un parti unique, contrôle tous les aspects de la vie, c’est à dire la politique, l’économie, la culture… Dans ce contexte de droits de l’Homme niés, l’individu est sacrifié au profit but suprême : la création d’une société idéale débarrassée de tous les ennemi du régime.

Ici nous étudierons deux totalitarismes de droite et un de gauche dans une étude comparée.

Nous verrons que ces régimes ont de nombreux points communs (entre autre le culte de la personnalité) mais aussi des différences (par exemple la nature des ennemis). En quoi ces régimes constituent-ils une menace énorme contre la paix et la stabilité de l’Europe ?

 

I ) La prise de pouvoir et sa confiscation

Hitler – Allemagne

Adolf Hitler est un artiste peindre raté, qui a été transformé par la WW1 ce qui a déclenché en lui un culte nationaliste exagéré.

En 1920 il créé le NSDAP (parti national socialiste des travailleur allemands) ou parti nazi. Son emblème est la croix gammée 卐 et a un uniforme pour ses militants, on les appelle les chemises brunes (stock de tenues coloniales inutilisées).

En 1923 il organise un coup d’état ou putsch à Munich, et il est envoyé en prison ou écrit Mein Kampf.

La crise économique de 1929 ravage la République de Weimar (29-33) et il y a presque six millions de chômeurs : les partis classques sont impuissants et des affrontements opposent dans les rues nazis et communistes du KPD.

Par peur du communisme, l’armée et patronat (droite classique) soutiennent Hitler et le NSDAP obtient 30% des voies.

En janvier 1933 le président Von Hindenbourg nomme Hitler chancelier et celui-ci prend progressivement le contrôle du pouvoir.

En février 1933 Hitler après l’incendie du Reichstag interdit le parti communisme, et en été il interdit les autres partis et les syndicats. Les opposants qui n’ont pas quitté pays sont envoyés en camps de concentration (Dachau le premier).

Hitler dirige l’Allemagne seul entouré d’une poignée de fidèles (par exemple Göring chef aviation allemande nouvelle)

Staline – URSS

En février 1917 le Tsar Nicolas II est renversé par la révolution car son peuple est excédé par la façon dont le pouvoir mène la guerre. Remplacé par un gouvernement modéré provisoire qui veut créer une démocratie (comme en France ou UK). Parmi les 1ers dirigeants il y a Kerenski. Mais ce gouvernement continue la guerre et en novembre 1917 il y a une 2e révolution qui porte Lénine et les Bolcheviks au pouvoir (communistes inspirés par Marx). Lénine établi un parti unique et est sans pitié pendant la guerre civile (rouge communistes/blancs royauté) qui se déroule de 1918 à 1921. Il fait exécuter toute la famille impériale. Quand la guerre est gagnée, il modifie sa politique dans un sens plus libéral : la censure est en partie enlevée et l’économie permet à certains d’avoir de petites entreprises privées. L’URSS (anciens territoires du tsar) est créé en 1924 mais Lénine meurt en la même année et Staline met 5 ans pour éliminer opposants arriver à la tête du PCUS (parti communiste de l’union soviétique) comme Trotski, fondateur de l’armée rouge, exilé en 1929.

Dans les années 1930 Staline organise une grande purge :

– des procès truqués pour des dizaines de milliers d’opposants ou de communistes exécutés dont un fidèle de Lénine, Boukharine. 90% des généraux armée en poste en 1930 sont liquidés dans les années suivantes.
– des millions soviétiques (tsaristes, communistes pas d’accord avec Staline) sont envoyés aux goulags (camps de travail) dans des milieux hostiles (Vorkuta est un des plus anciens). Au final, Staline n’est entouré que par des gens totalement dévoués et soumis.

Mussolini – Italie

Benito Mussolini est instituteur socialiste dont la vision du monde a été totalement transformée par la Première Guerre Mondiale.

En 1919 il créé le PNF (parti national fasciste) son nom est une référence à la Rome antique. Il place l’état et la nation au-dessus de tout. Il rejette la démocratie, le libéralisme et le communisme, le parlement, l’internationalisation.

Il profite des tensions qui règnent en Italie dans les années 20 : les communistes occupent les usine et les terres et réclament des droits.

Par peur du bolchevisme, les bourgeois, les aristocrates et l’église le soutiennent.

En octobre 1922 il organise une grande manifestation pour impressionner pays. Il défile à la tête des Chemises noires et le roi nomme Mussolini chef du gouvernement.

Il fait assassiner quelques concurrents dont le chef socialiste Matteotti.

En 1925 fait voter aux députés qui restent des lois fascistes : syndicats et grève interdits, le parlement ne siège plus, les décisions sont prises par le grand conseil fasciste (donc par benito lui-même).

Ses opposants sont généralement soit exilés, soi emprisonnés ou envoyés dans un endroit perdu de l’Italie comme les îles Lipari.

.

.

II) Des sociétés sous contrôle

A) Le contrôle de l’économie : dans tous les cas, le confort et le niveau de vie des individus sont sacrifiés au profit de la puissance de l’état

Hitler – Allemagne

Il veut restaurer la puissance militaire et vaincre le chômage, donc l’état :
– investi massivement dans de grandes entreprises du secteur lourd (Krapp, Thyssen)
– les ouvriers acceptent des conditions travail très dures et des salaires modestes pour redresser l’économie du pays
> en effet le chômage diminue et le PIB augmente mais :
– aussi grâce confiscation de certains biens des juifs
– économie de guerre avant la Guerre
– il contrôle industrie mais pas l’agriculture et le commerce

Staline – URSS

Le contrôle de l’économie est total car on met en place 2 principes :
– collectivisation totale des biens de production
– planification : mise en place des plans quinquennaux

Staline veut :

– Moderniser l’agriculture en créant de grandes fermes collectives, des kolkhozes, auxquels les paysans doivent donner terre et bétail > d’après Staline le rendement et la production vont augmenter et l’excès de main d’œuvre dans les campagnes va pouvoir être envoyé usines, la vente de certaines récoltes permettra quand à elle de financer le développement de l’industrie qui bénéficie elle-même d’énormes ressources naturelles

– Mais dès le départ un grand nombre de paysans refusent et préfèrent dévorer leur bétail > en 1930 a lieu la dékoulakisation soit des exécutions et déportations des paysans riches, ce qui donne lieu a une désorganisation totale. la production chute et en Ukraine la famine fait cinq millions de morts, mais le sacrifice des paysans a permis de développer une industrie lourde qui produit en quantité mais pas en qualité.

Mussolini – Italie

– respecte globalement la propriété privée
– mais veut éviter que les italiens émigrent à cause de la pauvreté.

Pour améliorer l’économie :
– il lance des opérations spectaculaires comme la « Bataille du blé »
– il créé de grands groupes industriels comme ENI (gaz, pétrole)
– il invente les autoroutes (1ere Milan-Turin)
> le contrôle de Mussolini sur l’économie n’est pas total, il est donc partiel

.

B) L’embrigadement des masses

les 3 organisent des manifestations au cours desquels on vient écouter la parole infaillible du chef

Le Führer apparaît lors de grands congrès nazis organisés à Nuremberg par Goebbels.

L’embrigadement des sociétés passe par la jeunesse :
– enseignement contrôlé
– enfants et ados embrigadés dans des organisations paramilitaires les « Jeunesses Hitlériennes »
– les filles, on veut en faire des femmes au foyer uniquement
– contrôle de la religion et du catéchisme

– La vie des adultes est contrôlée par des organisations mises en place par le parti : clubs sport, loisirs
– Carte du parti pour faire carrière ds l’enseignement ou administration

Staline donne image plus modeste de petit père des peuples, le camarade Staline, mais le pays est soumis au culte personnalité, par exemple, de son vivant il donne son nomà une ville, Stalingrad.

L’embrigadement des sociétés passe par la jeunesse :
– enseignement contrôlé
– enfants et ados orgas paramilitaires « Les Komsomols »
– les femmes font les mêmes exercices que les autres
– contre la religion et le catéschisme

– La vie des adultes est contrôlée par des organisations mises en place par le parti : clubs sport, loisirs
– Carte du parti pour faire carrière dans l’enseignement ou administration

« Le Duce a toujours raison » et il apparaît souvent en public.

L’embrigadement des sociétés passe par la jeunesse :
– enseignement contrôlé
– enfants et ados organisations paramilitaires « Les fils de la Louve »
– les filles, on veut en faire des femmes au foyer uniquement
– contrôle moins total des enfants car la religion et le catéchisme restent intact

– La vie des adultes est contrôlée par des organisations mises en place par le parti : clubs sport, loisirs : le Dopolavoro (3.5 millions de personnes)
– Carte du parti pour faire carrière dans l’enseignement ou administration

C) Une main mise sur la culture

URSS +++  Allemagne ++  Italie +

Hitler veut promouvoir :

– La culture germanique traditionnelle : l’art classique et manichéen sans recherche particulière
– Il met l’accent sur le cinéma avec la réalisatrice Leni Riefenstalh qui fait des films à gloire du nazisme « Les Dieux du stade » film officiel des JO de Berlin de 1936, « Le triomphe de la volonté » ou antisémite : « Le Juif Süss ».

Hitler condamne :

– Toutes les formes d’art moderne ou abstrait « art dégénéré »
– Les auteurs juifs, communistes, auteurs des lumières car ils défendent la démocratie (Voltaire)
– La psychanalyse comme freud
> Les livres interdits sont brûlés cérémonies autodafés
> De nombreux artistes quittent l’Allemagne, juifs comme Einstein, non-juifs comme Thommas Mann, prix nobel littérature

Staline veut promouvoir :

– Il impose un style, le réalisme socialiste : les œuvres représentent des scènes montrant des ouvriers, des kolkhoziens, la construction de barrages, des portraits de Staline…
– L’architecture se résume à de grands blocs de béton

Staline condamne :

– Toutes les formes d’art moderne ou abstrait tout comme Hitler
> Les artistes qui ne sont pas d’accord avec son style doivent se soumettre oui s’exiler, comme le peintre abstrait Kandinsky.

Mussolini veut promouvoir :

– Mussolini veut renouer avec la grandeur de l’Antiquité
– Il créé des studios de cinéma tout neufs à côté de Rome, la Cinecitta, on y tourne des peplums comme « Cipion l’Africain »

Il transforme la ville de Rome :

– Il créé une grande avenue qui relie deux endroits emblématiques, le Colysée et les forums : « Via del fori imperiali », la rue des forums impériaux
– Il créé un nouveau quartier ultramoderne pour l’époque, l’EUR, avec un bâtiment surnommé le Colysée carré, pour l’exposition universelle de Rome

III) Des régimes dangereux

La suprématie de la race

Hitler veut établir la domination totale de la race aryenne : il établit une hiérarchie des races et place les juifs au dernier rang. Ils sont très nombreux en Allemagne et lui les compare à de la vermine. Il est obsédé par la pureté sang allemand « souillé » par sang juif. Il rend les juifs responsables de : la mort de jésus, la naissance du communisme (Marx), la défaite de 1918 à cause d’un complot. En septembre 1935 il promulgue les lois de Nuremberg : il interdit les mariages juifs / non juifs, il interdit aux juifs d’accéder à certains emplois : armée, fonctionnaires dans l’enseignement, police, justice… En gros, il fait des juifs des citoyens de 2nde zone. Le 9 novembre 1938 débutent les violences physiques, c’est la Nuit de Cristal, les magasins juifs sont saccagés, les synagogues brûlées, c’est le début des internement en camps.

Hitler pense aussi qu’il faut reconstruire grande allemande au sein du IIIe Reich : il revendique tous les territoires peuplés par des gens de culture germanique (comme Alsace) et veut étendre son pays vers l’est pour que le peuple allemande ait son « espace vital », le Lebensraum. En 1936 il viole le  traité Versailles remilitarise la Rhénanie. En 1938 il annexe l’Autriche avec la complicité de son peuple, c’est l’Anschluss. En septembre 1938 il envahit une partie de la Tchécoslovaquie : les Sudètes, car elle est peuplée par des germaniques. En mars 1939 il envahit le reste du pays. Il envahit la Pologne en septembre 1939 et là les autres pays entrent en guerre. Hitler se rapproche autres pays extrême droite comme l’Italie ou le Japon, il aide franco à prendre le pouvoir en Espagne : les allemands de la légion condor ont bombardé Guernica.

> Face à ces actions, la France et UK ne réagissent pas et attendent que Allemagne envahisse la Pologne pour lui déclarer la guerre.

Un totalitarisme basé sur la classe sociale

En théorie, l’URSS n’a pas d’ennemis au dehors, mais en dedans. Tous ceux qui ne sont pas prolétaires sont des bourgeois et sont persécutés : koulaks, aristocrates, bourgeois, membres du clergé (pope = prêtres orthodoxes)

En théorie, pour Staline, tous les peuples sont égaux; mais il procède à une russification du pouvoir et comme l’ancien Tsar il veut contrôler l’Europe de l’est : il est en concurrence avec l’Allemagne (idéologiquement aussi). Mais constatant la faiblesse de la France et de l’UK et le retard de sa propre armée (en même temps il a tué 90% des généraux), il signe alors un pacte de non-agression avec l’Allemagne : le pacte Germano-Soviétique ou pacte Molotov-Von Ribbentrop, du nom des ministres qui l’ont signé, en 1939.

La suprématie de la nation

Mussolini veut redonner toute sa grandeur à la nation italienne, mais les ennemis de la nation sont soit en prison soit en exil, et la petite communauté juive est beaucoup moins persécutée qu’en Allemagne.

Le Duce veut recréer un empire centré sur la méditerranée. Mais pour cela il est confronté aux Français et aux UK car ils sont présents au Maghreb et en Égypte.

L’Italie se rapproche alors de l’Allemagne et ils forment l’axe Rome-Berlin. A partir 1936 l’Italie et l’Allemagne aident Franco dans sa lutte contre les républicains espagnols qui eux reçoivent matériel du soviétique. En 1939 Franco gagne en partie grâce à cette aide. Les italiens, qui ont une armée assez mal équipée, s’en prennent à des pays faibles : l’Ethiopie en 1935, et l’Albanie 1938.

Chapitre 2 – Les totalitarismes d’entre-deux-guerres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *