Chapitre 1

Croissance économique : accroissement soutenu et durable de la production en volume d’une économie, au cours d’une période donnée.
Croissance nominale : la croissance observée (en valeur)
Croissance réelle : croissance observée à laquelle on enlève l’inflation (croissance en volume)

PIB : Agrégat de la comptabilité nationale exprimé en € et mesurant le volume de production des agents résidents (production intérieure brute). Il correspond à la somme des valeurs ajoutées produites par tous les agents économiques du pays.

Externalité : effet positif (utilité) ou négatif (désutilité) entraîné par l’action d’un agent économique sans enregistrement dans un prix monétaire

IDH : Indice de développement humain proposé par le PNUD depuis les années 1990 (suite aux travaux d’Amartya Sen). Compris entre 0 et 1, c’est un composé de trois indicateurs (richesse par revenu national brut, éducation par durée de scolarisation, santé par espérance de vie) qui produit un classement relatif des pays en termes de niveau de développement. Il est donc une moyenne pondérée entre des indicateurs de santé, d’éducation et de richesse d’un pays.

Facteur capital : Activité et énergie mécanique (biens d’équipement, machines) utilisée dans la combinaison productive pour obtenir un niveau de production.
Investissement : achat de capital fixe – Flux d’achat de biens de production, qui accroît le stock de capital. Ce flux d’achat nécessite un financement (la mise à disposition préalable de ressources)
Facteur travail : Activité et énergie humaine utilisée dans la combinaison productive pour obtenir un niveau de production.
Croissance extensive : part de la croissance économique qui découle de l’augmentation de la quantité de facteurs de production au sein de l’économie. Fonction de production Y= f (K, L)
Combinaison productive : combinaison du travail de l’homme et du travail de la machine (dont l’efficacité est mesurée par la PGF).
Productivité globale des facteurs (PGF) : (produit/facteurs) Indicateur d’efficacité de la combinaison productive, qui s’obtient par le rapport entre la quantité produite (par exemple, 100€ de produit, mesurant approximativement une quantité de produit) et la quantité de facteurs de production utilisés
Croissance intensive : croissance obtenue non pas par l’accroissement des quantités de facteurs, mais par amélioration de leur efficacité. Croissance obtenue par l’augmentation de l’efficacité des facteurs, mesurée par la PGF : résultats/moyens.
Progrès technique : Ensemble des innovations de procédés et de produits, qui améliorent les techniques de production, et entraine plus largement, des transformations de l’organisation productive et sociale.
Croissance endogène : Croissance économique auto-alimentée et auto-entretenue par le progrès technique, qui peut être encouragé et développé systématiquement par les pouvoirs publics (externalités liées à la recherche et au développement, effort de qualification et de formation, effort d’infrastructures)

Brevets : institution destinée à encourager l’innovation, par le biais d’une protection juridique accordant un monopole d’exploitation temporaire à l’investisseur sur une période donnée
Droits de propriété : Possibilité reconnue par la loi d’utiliser librement un bien ou un service
Institutions : ensemble des règles et organisations qui encadrent l’activité humaine en général, formant un ensemble de contraintes formelles et informelles, de règles, conventions et habitudes mises en place pour diminuer les coûts de transactions et l’incertitude, et ainsi guider les comportements. Les institutions marchandes sont l’ensemble des règles et organisations qui rendent possibles le jeu du marché (par exemple, tarif affiché).

Accumulation de capital, différents sens du mot. Capital humain : ensemble des aptitudes d’un individu qui permettent l’obtention d’un niveau donné de revenu monétaire

Chapitre 2

Expansion : période d’accélération du rythme de la croissance
Fluctuations économiques : mouvements irréguliers de la croissance (accélérations, ralentissements, ou retournements), formant une courbe sinusoïdale, en général autour d’une tendance de long terme (le trend, droite de moyenne).
Amplitude : écart entre un point haut et un point bas
Cycle économique : ensemble de fluctuations régulières (qui se répète dans le temps à intervalles réguliers)

Récession : recul court du PIB (moins de 6 mois / 2 trimestres consécutifs)
Dépression : contraction de la production plus durable et de plus grande ampleur

Crise: point de retournement d’un cycle (point de passage entre l’expansion et la dépression, basculement dans une autre période).
Reprise : point bas entre la dépression et la remontée

Choc d’offre : phénomène extra-économique qui affecte la quantité et l’efficacité des facteurs de production, et donc le coût de production.

Anticipation négative ou positive : prévision sur l’évolution d’une variable économique

Spéculation : acheter pour revendre rapidement afin d’obtenir une plus-value
Titre de créance : document papier promettant un remboursement de la somme empruntée, souvent augmentée d’un intérêt) négociable (matérialisation d’une créance qui peut être revendue)

Déflation : baisse généralisée et durable du niveau des prix et salaires
Stagflation : économie qui souffre simultanément d’une croissancefaible ou nulle et d’une forte inflation. (+ chômage élevé, ce qui contredit ce qu’énonce le Carré magique de Kaldor)
Carré magique : correspond aux 4 objectifs de politique conjoncturelle (inflation faible, forte croissance, commerce extérieur positif, faible chômage).

Propension à consommer : La propension moyenne à consommer est la part du revenu consacrée à la consommation ,

Chapitre 3

Inégalité : différence d’accès à une ressource rare et socialement valorisée, pour laquelle la population lutte.
Patrimoine : ensemble des avoirs accumulés, stock
Inégalités sociales : écarts, différences d’accès aux ressources valorisées autres que ceux de revenus et du patrimoine

Médiane : valeur de la série qui coupe l’effectif en deux parties égales
Courbe de Lorenz : courbe C qui représente la concentration d’une variable pour une population donnée. Il s’agit de la répartition réelle des ressources représentée par une courbe de concentration.

Revenu disponible : est le revenu primaire (tiré de la participation à la production), + augmenté des revenus de transferts, et – diminué des impôts et taxes (RD = RP- Impôts, taxes + Transferts).
Revenus de transfert : revenus versés par une administration publique à un ménage pour l’aider à faire face à la réalisation de certains risques sociaux : handicap, maladie, vieillesse, accident du travail, chômage, pauvreté

Niveau de vie : revenu disponible du ménage divisé par le nombre d’unités de consommation (UC). Le niveau de vie est donc le même pour tous les individus d’un même ménage

Ostentation sociale : attitude, caractère de celui qui cherche à tout prix à attirer l’attention sur sa situation sociale avantageuse.

Structure : manière dont est organisée la société, hiérarchisation

Stratification sociale : ensemble des différenciations sociales autour de l’avoir, du pouvoir, du savoir (éducation) et du prestige qui vont de fait ou de droit diviser la société en groupes inégaux ne disposant pas des mêmes ressources.

Classe pour soi : nécessité que les individus aient conscience de faire partie d’un même groupe ayant les mêmes intérêts et et les même griefs, cette conscience ne s’acquérant que dans la lutte contre un ennemi commun (le bourgeois capitaliste)

Capital économique : revenus et patrimoine
Capital culturel : capital incorporé sous forme d’habitus/capital intériorisé (pratiques, savoir-faire, langages, rapport à l’art ou à la culture…), le capital certifié/institutionnalisé (diplômes, titres…), et enfin, capital objectivé sous formes d’objets matériels valorisés (peintures, disques…)
Capital social : ensemble des relations (le carnet d’adresse, le réseau de relations)
+capital symbolique

Chapitre 4

Commerce international : ’ensemble des échanges de biens et services entre Nations différentes

Importation : achat de biens et services à l’étranger
Exportation : vente de biens et services à l’étranger
Solde commercial : apparaît dans la balance commerciale, est la différence entre le volume des exportations et le volume des importations.

La compétitivité est la capacité à gagner ou à maintenir des parts de marché face à la concurrence internationale, dans une optique de compétitivité prix ou hors prix.

  • Prix : en proposant un prix de vente inférieur ou égal, à celui généralement constaté sur le marché (à celui de ses concurrents)
  • Hors prix : en proposant pourtant un prix de vente supérieur, à celui généralement constaté sur le marché. Cela s’explique par l’existence de particularités du produit, exclusives et appréciées par la clientèle. (cgmpm face à ses concurrents grâce à la qualité de ses produits (réelle ou ressentie), de ses services (SAV…) ou de son image de marque).

Marchandises : ensemble des matières premières et produits manufacturés.

Spécialisation : principe de concentration et de restriction, des activités d’un individu, d’une entreprise ou d’une nation, à un seul domaine

Economie d’échelle : baisse du coût moyen unitaire d’un produit qu’obtient une entreprise au fur et à mesure que sa quantité produite augmente, due à la répartition des coûts fixes entre de plus nombreux produits

Gain à l’échange : avantage retiré du recours à un échange économique par rapport à une situation d’autarcie

GATT (« General Agreement on Tariffs and Trade ») : accord général sur les tarifs douaniers et le commerce, signés à Genève en 1947

Libre-échange : théorie et politique commerciale qui consiste à supprimer toute les barrières à l’échange international (droits de douanes, quotas, réglementations techniques), et à promouvoir la spécialisation internationale

Dotation factorielle : quantité et proportion plus ou moins importante, de facteurs de production (terre, capital et travail) disponibles dans un pays. Le théorème HOS considère que cela explique les différentes spécialisations des pays.

Délocalisation : déplacement géographique des unités de production à la recherche de meilleures perspectives de profit

Firme multinationale : entreprise qui a des activités économiques dans plusieurs Etats à la fois par le biais de filiales, rattachées à la maison-mère, qui doit posséder au moins 50% du capital de celles-ci pour pouvoir les contrôler juridiquement.

Externalisation : transfert d’une fonction d’une entreprise réalisée en interne par des salariés (par exemple entretien, comptabilité…), vers une entreprise sous-traitante reliée par un contrat commercial (au lieu de confier la tâche à une filiale)

Prix de transfert ou prix de session interne : prix auquel les biens ou services s’échangent entre sociétés appartenant à un même groupe mais implantées dans des pays différents)
Prix de pleine concurrence : prix auquel le bien doit être vendu entre filiales si l’entreprise est de bonne foi, afin de ne pas attirer l’attention des enquêteurs fiscaux.

Commerce intra-firme : type de commerce effectué entre des filiales d’une même société multinationale (échanges internationaux qui se font à l’intérieur d’une même entreprise)

 

(j’ai pas continué après désolé)

Liste des définitions SES TERMINALE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *