Exposés à faire ces prochaines semaines :

Modèle « arro tomas » keynésien

Contre théorie de modigliani

Théorie de maltus et contre-théorie

Thèmes qu’on abordera :

  • question démographique mondiale : […] des pays modèles en la question : chine, inde. Un poids des non-actifs sur les actifs qui soit optimal et semble avoir favorisé le décollage économique. Le capital n’est pas mis dans des maisons de retraite ou des crèches. Question des migrations (d’où, pourquoi, théories, pdv perso…thème à traiter en exposer). Question de l’évolution des structures démographiques sur la planète : vieillissement, théorie économique sur la balance démographique chinoise, cycle de vie…
  • le réchauffement climatique : le préciser sur le plan technique, CO2 énergies fossiles (exposé sur le modèle énergétique). Modèle charbon jusqu’en 1800, ajd fossile ou nucléaire. Exposé sur le changement climatique : zones inondables,
  • subsistances : est-ce qu’il y aura à manger pour tous, question agricole et accès à la nourriture existante, inégalités
  • modification des comportements face à la vie et la mort : attitude des femmes par rapport à la maternité (évolution et explication de l’âge à la première maternité), PMA GPA, euthanasie.

 

Rappel général sur la démographie

La démographie est la science de l’étude des populations, d’analyse de leur état et de leur évolution, photographie a un moment donné de la population. Cet état s’analyse, analyser c’est décomposer en parties, des structures, qui correspondent à des sous-groupes. Parmi ces classifications des individus, certaines sont prédominantes : l’âge (avoir une idée du potentiel de reproduction d’une population, le nombre d’années de la vie où la reproduction a lieu est de plus en plus limité pour des questions biologiques comme sociales). Jusqu’à présent le problème démographique était le surnombre, aujourd’hui cela peut être le contraire (vieillissement des populations) ce qui sur le plan social et économique fait problème. Ainsi on arrive avec ces composantes à voir le dynamisme des populations. Cela nous amène à étudier les principaux mouvements démographiques (naissances, décès, mouvements migratoires).

Pour certains démographes cette analyse et les explications doivent se faire uniquement sur la structure de la population, cela correspond à un point de vue très quantitativiste de la démographie. Exemple pour les analystes « il y a beaucoup de naissance cela s’explique par l’age de la population seulement », « il n’y a pas beaucoup de naissance car déséquilibre des sexes ».

Mais il y a un 2e courant démographique qui pense qu’on doit aller au delà de l’analyse mathématique et aller interroger les autres sciences sociales pour mieux expliquer les mouvements démographiques, chercher des explications au delà des chiffres. Exemple le potentiel démographique n’est pas exploité car (selon les analystes : les femmes font des enfants tard), et ce courant là cherchera les raisons (carrière professionnelle). Rapport des femmes à leur conjoint (exposé). Plus les françaises sont diplômées et plus elles prennent pour conjoint des hommes plus jeunes.

La démographie est une science de la longue durée, les événements démographiques ont une conséquence longue dans le temps. Par exemple la guerre de 14-18, continue a avoir des conséquences en France et en Allemagne au bout de trois générations.

Quels sont les instruments de la démographie pour récolter les données ?

Ils permettent de récolter des statistiques et voir un certain état de la population. Les deux principaux instruments de récolte des données sont d’une part l’état civil, et d’autre part les recensements généraux.

  • L’état civil est l’enregistrement systématique, exhaustif, individuel qui s’effectue au niveau des communes, des naissances, décès et mariages. Les élus de commune sont officiers d’état civil. On a beaucoup de statistique dans ce domaine, qui est d’autant plus important qu’en France on fonctionne en droit du sol. L’état civil atteste de notre naissance et de notre nationalité.
  • Les recensements généraux sont introduits à la révolution et sont très bien menés depuis la restauration. On recense un a un toute la population du territoire. On collecte beaucoup de données socioprofessionnelles, économiques fort intéressantes.
  • Liées à ces deux outils, on a des données économiques (secteurs d’activité…), l’état sanitaire de la population, mouvements migratoires au sein du territoire, causes de la mortalité en France et problématiques de son évolution (exposé avec état démographique) dont celles pour ingestion de molécules de synthèses/particules d’énergie fossiles volatiles (40k ?) cf Pr Barthelemy. L’INSEE, l’INED, l’institut de la santé…

Deux types pour analyser les données :

  • la pyramide des âges (exposé). Etudier les durées de vie selon salaire et classes sociales. Analyser les rencontres dans le cadre privé, entre pères, homogamie sociale, dot économique et sociale (exposé).
    Dans la natalité un phénomène étudié c’est la nuptialité (mariage légaux et vie à deux), qui reste attachée à la procréation. On est sans doute la société au monde où il y a des naissances sans mariages. Le mariage n’est pas l’annonce d’une première naissance mais parfois d’une 2e voire 3e. Dans certains pays on ne voit pas de naissances avant le mariage (forte prégnance des religions monothéistes). Taux de célibat total (jamais marié légalement).
    On retrouve tous les taux : natalité (nombre de naissances dans l’année civile sur la population moyenne de l’année). Taux de fécondité (nombre d’enfant par femme en âge de procréer). Taux de reproduction (des femmes par leur fille : combien les femmes ont de filles, et combien elles ont d’enfant au cours de leur vie dont des filles). Descendance finale : nombre d’enfants par femme d’une génération de femmes ayant achevé leur vie féconde. A partir des chiffres constatés on calcule des indices qui représentent des probabilités, construites comme des projections sur des générations futures de phénomènes démographiques enregistrés sur les générations précédentes, par exemple l’indice de fécondité. Les indices ne sont pas des taux (qui sont constatés sur des personnes à un moment donnés), mais des projections de taux constatés, sur des personnes qui n’ont pas encore vécu les événements démographiques étudiés.
    Le taux de mortalité est le nombre de décès sur la population totale. Taux solide et bien connu dans tous les pays de la planète. Propre de l’humanité elle est un phénomène socialement vécu. Table de la mortalité : enregistrement de tous les décès par âge (par année) d’une génération éteinte. A partir de ces tables on calcule l’espérance de vie, la plus connue était celle à la naissance. Mais on peut les calculer à partir de n’importe quel âge. Elles sont toujours dissociées en fonction des genres. Tout ceci s’établi par la technique du diagramme de lexis avec trois lectures.
Démographie économique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *